L’Europe n’est pas un marché mais un rêve commun…

Je vous invite à découvrir ce discours d’un député européen espagnol qui explique en une minute et 34 secondes les enjeux pour l’Europe :

 

Je trouve que c’est beau, c’est fort…. C’est vrai ! Qu’en pensez-vous ?

 

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

2 thoughts on “L’Europe n’est pas un marché mais un rêve commun…”

  1. Ce qu’il dit est vrai mais il y a longtemps que les rêveurs ont laissé la place aux marchands. Je pense que la première manifestation de ce tournant a été quand Margaret Thatcher a dit “I want my money back”. Ensuite la multiplication des adhésions a été fondée sur des critères économiques et sociaux et le fait de rejoindre l’UE a été prise sur des critères quantifiés des avantages et des inconvénients. Et ces mêmes critères peuvent aussi bien être utilisés pour rejoindre l’UE que pour la quitter. Je ne pense pas que lors de la campagne du BREXIT une seule mention ait jamais été faite sur le “rêve” européen. Donc ce qu’il dit est vrai mais à mon avis c’est à ranger dans les mêmes accès nostalgiques que “L’école primaire, avec les “hussards de la république”, c’était quand même mieux avant !

  2. Lorsque j’avais 20 ans, l’Europe était effectivement un rêve enthousiasmant. Devenir plus grands, plus ouverts, plus multiples, plus libres, plus forts ensemble.. Je ne vois toujours pas ce qui nous empêche de souhaiter créer les Etats Unis d’Europe.
    Puisque le rêve ne fait plus rêver, je dirais pour préciser le vocabulaire qu’il s’agit de vision et de leadership. Depuis Chirac chez nous, Merkel en Allemagne, nos dirigeants ne portent rien, ni parole ni idée dans ce sens. C’est d’ailleurs sans doute la principale raison de la déconfiture de notre président actuel : pas mal de boulot de fait sans doute, mais aucune vision, aucune parole partagée, sur d’ailleurs à peu près aucun sujet.
    Il est temps de ré-oser, non pas le rêve, mais le leadership ! Et de l’oser sur les thèmes progressistes, humanistes, parmi lesquels la construction d’une Europe humaine et performante – sinon, la nature ayant horreur du vide, le leadership du refus finira par gagner. On ne manque quand même pas mal d’exemples actuels !

Leave a Reply