Bienvenue dans l’ère de la post-vérité !

Je vous invite à lire un très bon dossier sur Business Digest sur le thème de la post-vérité :

Votre lucidité, meilleur antidote contre la post-vérité

Voici un très court extrait présentant quelques exemples de la post-vérité :

Astroturfing

Créer une masse de faux profils pour en faire une foule fictive qui va influencer les vrais profils en rendant plus visibles de fausses informations.

La rumeur empoisonnée

Plus simple que l’astroturfing, lancer une rumeur et la laisser se propager sur Internet. Plus elle est fausse, plus elle va se propager rapidement et plus elle a de chances d’être prise pour vraie !

Le piège à clics

Il s’agit de vrai-faux articles ou publicités conçus pour vous inciter à cliquer sur le lien avec un titre accrocheur, des images impactantes. Vous arrivez alors sur des fermes à clics. Plus vous cliquez, plus l’éditeur du site gagne de l’argent grâce à vos clics.

Le doute organisé

Des faits sont présentés par des scientifiques sur les effets néfastes de votre produit ou service. Cela met en danger vos parts de marché, vos bénéfices. Votre objectif est de mettre en doute ces “faits scientifiques”. Pour cela, vous allez donner de l’argent à d’autres scientifiques pour qu’ils produisent un rapport contradictoire ou plus nuancé. On pourra y lire : “On ne peut pas prouver avec certitude que…”. Vous envoyez ensuite ces rapports aux décideurs politiques, aux journalistes qui diffusent au public. Bravo, vous avez créé le doute. Cette technique a été inventée par les fabricants de tabac américains dans les années 50. Elle a été reprise par toutes les industries qui sont menacées par les découvertes scientifiques “gênantes” sur les effets néfastes de ce qu’ils vendent. Grâce à la corruption de scientifiques, vous créez le doute dans l’esprit du grand public qui continue à acheter parce que c’est du micro-poison (comme le tabac, le réchauffement climatique). Cette technique ne fonctionne pas en cas de mort violente ou rapide. Pour cette raison, Boeing n’a pas pu l’utiliser au-delà du 2ème crash… mais il a quand même fallu 2 crashs, car avant… il y avait un doute !

La post-vérité est donc un mensonge, mais grâce à cette expression bizarre, vous avez cliqué sur ce billet. J’apprends vite ! Sans rancune ?

Author: Olivier Zara

www.olivier-zara.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *