Votez pour le prix Pinocchio du développement durable !

Patricia Ravet, présidente de Fidarec, vient de m’envoyer un message annonçant l’ouverture des votes pour le “Prix Pinocchio du développement durable“. Ce prix a pour objectif de sanctionner le décalage entre le discours des entreprises et leurs actions en matière de développement durable. On devrait aussi créer un prix Pinocchio du Web 2.0 mais c’est hors sujet pour ce billet !

Voici un extrait du site qui organise le vote :

“Le concept de développement durable, comme «mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs», fait désormais partie du langage courant grâce à l’engouement nouveau pour la protection de l’environnement, la défense des droits humains et une plus grande solidarité internationale.

Mais de nombreux acteurs, dont certaines entreprises françaises figurant parfois parmi les plus puissantes au monde, l’ont malheureusement récupéré à des fins purement cosmétiques. Un discours engagé sur le développement durable est ainsi souvent utilisé pour masquer les impacts réels de leurs activités, tout en améliorant leur image auprès des clients et actionnaires.

En 2008, plus personne ou presque ne conteste l’urgence environnementale et sociale au niveau planétaire. Mais les entreprises, acteurs économiques de poids, ont fait trop peu de progrès en termes de responsabilité sociale et environnementale. Il est nécessaire de mettre fin au double-discours. Qui ment ? Qui n’a de vert que la couverture de son rapport de développement durable ?

Pour l’année 2009, les nominés pour le prix Pinocchio sont les suivants :

Prix Pinocchio “Droits humains”

  • PERENCO
  • CREDIT AGRICOLE
  • MICHELIN
  • BOLLORE

Prix Pinocchio “Environnement”

  • TOTAL
  • BNP PARIBAS
  • SOCIETE GENERALE
  • AREVA

Prix Pinocchio “Greenwashing”

  • EDF
  • HERTA
  • PEUGEOT
  • FRANCE BETTERAVES

En voyant ce projet, je pense aux professionnels qui à travers leur CV et lettre de motivation cherchent à avoir une bonne image au lieu de construire une image authentique, c’est-à-dire juste une image VRAIE. Quand on interroge les recruteurs, on découvre 70% de CV truqués ou enjolivés. A quand le prix Pinocchio du CV le plus faux ?