Télétravail : le VRAI monde d’après !

Cet article concerne uniquement les personnes qui ont la possibilité
de travailler à distance du fait de la nature de leurs activités.

Nous avons tous goûté au télétravail forcé et massif. Peu d’entre nous étaient heureux de faire 100% de télétravail pendant des semaines parce que nous sommes des êtres sociaux, mais nous avons tous découvert quelques avantages. Environ 10% des collaborateurs veulent que tout redevienne comme avant. Un autre 10% ne veulent plus revenir au bureau. Les autres rêvent donc d’un monde dans lequel il y a plus ou moins de télétravail.

Actuellement, l’approche est très administrative et mécanique : 1, 2, 3 ou 4 jours ? Est-ce la bonne question à poser dans un sondage ? Oui, si vous considérez le télétravail comme une « anormalité », comme l’exception à la règle ou comme un mal nécessaire pour réduire le temps dans les transports. Dans ce cas, inutile de lire la suite de cet article, vous allez vous faire du mal pour rien !

Peut-être que le VRAI monde d’après (transition écologique, qualité de vie…) impose de mettre le télétravail comme la nouvelle norme et le travail en présentiel comme l’exception. Si vous partagez ce point de vue, je vous propose une approche organique et managériale en répondant simplement à cette question : quelle est la création de valeur du présentiel ? En d’autres termes, quelle est la création de valeur si on vient au bureau y faire à peu près la même chose qu’à la maison ?

Je vous propose 6 activités qu’on peut théoriquement faire en distanciel, mais qu’il est difficile de réaliser efficacement dans la plupart des organisations surtout quand il s’agit de grandes entreprises (je suis impatient de lire vos commentaires pour compléter cette liste) :

  1. Gérer les conflits de la simple critique constructive à l’entretien de recadrage.
  2. Évaluer les résultats, car l’évaluation peut très vite devenir conflictuelle !
  3. Socialiser pour créer le niveau minimum de connaissance mutuel : on ne peut pas collaborer efficacement (intelligence collaborative, coordination, partage d’information, juxtaposition) ou co-construire (intelligence collective, hybridation, résolution de problèmes compliqués ou complexes) avec des personnes qu’on ne connait pas bien. Cela suppose des activités de Team Building (activités de cohésion, sportives, artistiques) et des échanges informels réguliers afin que les réunions de résolution de problèmes soient plus efficaces quand elles se font en distanciel.
  4. Co-créer pour innover (intelligence créative) : le Design Thinking n’est pas aussi efficace en 100% distanciel surtout quand il n’y a pas de socialisation en amont.
  5. Évaluer et gérer les risques psychosociaux : maintenir le contact social avec son équipe afin de s’assurer qu’elle va bien (individuellement notamment).
  6. Intégration des nouveaux arrivants (onboarding) et départs (offboarding).

Toutes les activités qui entrent dans le champ de l’excellence opérationnelle (processus, coordination, répartition des tâches, résolution de problème simple) peuvent assez facilement se faire en télétravail si les 6 activités que nous avons listées ci-dessus se font en présentiel.

Ce qui est important dans la collaboration distancielle,
c’est ce qui la précède en présentiel !

Je peux collaborer en distanciel très efficacement, mais à condition que certaines choses se fassent uniquement en présentiel et que le présentiel soit vraiment dédié à la préparation de la collaboration à distance. Encore une fois, si on vient au bureau faire ce qu’on ferait aussi efficacement chez soi, on vient au bureau « pour rien » ! On s’ajoute simplement des heures de transport fatigantes et ennuyeuses. Le biais cognitif de l’aversion pour la perte (perdre un peu de présentiel) ralentit le mouvement dans certaines organisations, mais on ne pourra pas le stopper. L’objectif est de sortir d’une pensée binaire du OU pour adopter la pensée du ET. Le distanciel combiné au présentiel devient la nouvelle norme.

Combien de jours en présentiel sont nécessaires dans votre équipe pour réaliser les 6 activités proposées ci-dessus ? Si vous décidez ce nombre de jours sans faire le lien avec les activités, vous choisissez une approche quantitative / administrative en faisant la moyenne du sondage réalisé auprès des membres de votre équipe. Cela revient au même que de jouer au loto. Vous aurez peut-être trop de jours ou pas assez. Oubliez le consensus mou, organisez une réflexion avec votre équipe à partir de ces 6 activités et misez sur le Test & Learn. Fixez une durée, mais avec des ajustements réguliers dans les premiers mois.

Venir au bureau est indispensable, mais votre objectif ne devrait pas être de déterminer la quantité de jours. Nous vous invitons à engager une réflexion sur la nature des activités.

Vous devriez vous poser la question non seulement dans la perspective de la fin de la pandémie, mais aussi pour le cas où la pandémie deviendrait endémique (le Covid pour des années).

Ce qui n’existe pas dans le réel n’existe pas dans le virtuel.

Si votre équipe est dysfonctionnelle dans le réel (manque de cohésion, conflits, incompétences, désorganisation), elle le sera aussi dans le virtuel. Vous ne pouvez donc pas espérer organiser le télétravail dans votre équipe tant qu’elle ne sera pas opérationnelle en présentiel. C’est la 3ème loi du management digital présentée dans mon livre Le manager digital.

Cela dit, quand une équipe est née à distance ou qu’il est difficile, voire impossible, de faire du présentiel, nous sommes capables de nous adapter, de sortir de notre zone de confort (besoin de socialiser) ou d’être résilient.
Il ne faut pas non plus oublier les différences interculturelles : culture latine (oralité, contact) et culture anglo-saxonne (écrit, plus distant même en présentiel). J’ai travaillé avec un Américain pendant des mois, à plusieurs reprises, il m’a envoyé un e-mail alors qu’il était assis à côté de moi et qu’il lui suffisait de tourner la tête pour me dire ce qu’il venait d’écrire. Le défi concerne donc principalement les équipes qui vont diminuer leurs interactions et travailler autrement alors qu’elles pourraient continuer comme avant !

Le présentiel peut se faire au bureau ou dans des tiers-lieux type Coworking qui sont parfois plus proches du domicile (Wojo, WeWork, etc.). C’est une solution intermédiaire entre le bureau et le télétravail. Les tiers-lieux permettent des usages présentiels en équipe ainsi que le télétravail moins isolé.

Quant à ceux qui pensent qu’on peut fonctionner à distance pour toutes les activités sans perdre en efficacité collective, ils simplifient la réalité et ils oublient la diversité des contextes : différences interculturelles, taille de l’organisation, secteur d’activités, complexité du métier (agriculture vs industrie nucléaire), moyenne d’âge des salariés, ancienneté (start-up de 20 salariés vs une entreprise centenaire de 100.000 salariés), etc.

Je suis à l’écoute de vos propositions si vous pensez qu’il faut rajouter des activités à faire uniquement ou de préférence en présentiel.

Pour terminer, je vous invite à découvrir mes formations sur le sprint digital : des réunions puissantes et plus courtes de 30% à 50% adaptées au télétravail. Pour vous inscrire…

Merci à Anne Grjebine qui a donné l’impulsion et l’inspiration ainsi qu’à Catherine Granier-Gouttas, Martin Duval, Sylvie Krstulovic, Ann Dushane & Olivier Bernard pour leurs contributions.

Author: Olivier Zara

https://www.linkedin.com/in/olivierzara/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *